2_ FOMENTEURS et COMPLICES DU COUP D’ETAT


L'effectivité du coup d'Etat du 17 mars 2009 a été possible grâce à des financements d'origine diverse, essentiellement en provenance de la France.

Nous ne rentrerons pas encore dans les détails de la participation active ou passive de la France, résultant de la politique Africaine de l'Elysée (Francafrique, intérêts économiques français, désinformation du groupe de presse France Monde, anti-Ravalomananisme, etc…), mais plutôt, du plan d'action exact mis en place par des malgaches et certains opérateurs économiques locaux étrangers.

Petit retour en arrière

Le 13 Décembre 2008, la TV VIVA du Maire de d'Antananarivo, Andry RAJOELINA, sort l'intégral de 1 heure, du discours de l'ancien dictateur déchu Didier RATSIRAKA, incitant les Malgaches à la désobéissance civile et à la condamnation du Régime RAVALOMANANA pour des motifs fallacieux.

Il est d'ailleurs très surprenant que RATSIRAKA soit sorti de son devoir de réserve sur le territoire français, sans avoir été inquiété ou rappelé à l'ordre par la France, qui l'héberge si gracieusement depuis 2002

La réaction ne se fit pas attendre : fermeture de la chaîne par les Autorités Malgaches.

RAJOELINA profite de cette fermeture pour donner un ultimatum au Régime RAVALOMANANA, sans même prendre la peine d'user de toutes les démarches et procédures de recours et voies légaux pour faire entendre son point de vue pour la réouverture de sa station

On peut comprendre que Monsieur RAJOELINA ne soit pas content que sa Télé soit muette, mais de là à sciemment organiser des Manifestations anti-gouvernementales, puis des émeutes, cela dépasse l'entendement sur les intentions réelles du concerné…


Le complot

Fin décembre 2008, RAJOELINA se rend avec son épouse et ses enfants à Paris pour prétexter se ressourcer en famille du fait de la tension entre le gouvernement et lui.

Il n'en sera rien.

Il rencontrera à Paris, en banlieue parisienne, les dirigeants et certains membres de HETSIKA DIASPORA.

Devant son auditoire, il rendait en fait compte de l'avancement du plan de renversement de RAVALOMANANA pour lequel il s'est engagé auprès de ces derniers :

-    il leur a assurer que « ses mercenaires » étaient déjà prêt (les milices oranges et la partie des militaires mutins – voir liste CAPSAT)
-    il s'est engagé à effacer toutes traces de Marc RAVALOMANANA et de TIKO S.A dans tout Madagascar (rendu effectif pas les pseudos émeutes du 26 janvier 2009)
-    il a annoncé que la Place d'Ambohijatovo allait être baptisée Place de la Démocratie à son retour à Antananarivo
-    il a assuré que dès son installation au pouvoir, les anciens dirigeants exilés en France pourront rentrer à Madagascar


45 millions de Dollars ont fait le trajet Paris-Tana, en 2 fois, entre janvier et février 2009.

15 millions remis par Didier RATSIRAKA et ramené directement par RAJOELINA et sa femme en Janvier, et 30 millions répartis entre les « ministres HAT » issus de la Diaspora, nommés sur la Place du 13 mai, et qui se sont rendus sur Antananarivo

Cet argent a essentiellement servi au financement des émeutes, et à préparer le renversement.

En ce qui concerne les émeutes, les organisateurs ont agi en totale synchronisation, en réalisant un travail méticuleux. Un groupe de personnes en 4x4 se dirigent vers les cibles, les ouvrent par effraction, laissent entrer les pillards et émeutiers, puis mettent le feu, et cela dans le même temps, dans toute l'Ile, sur tous les bâtiments MAGRO et TIKO, sans aucun dommage collatéraux habituels aux mouvements de ce type ne soit constaté (magasins karana ou étrangers…)


Sur place, des civils et des militaires ont préparé activement le coup d'Etat :

> Pascal RAKOTOMAVO, éminence grise d'Andry RAJOELINA et ancien premier ministre du dictateur Didier RATSIRAKA

> certains membres de la Franc Maçonnerie issue de la GLNF :
. les frères Gerard et Franck L qui ont usé de leur relation pour l'adhésion effective d'élites à ce coup d'état
. Stéphane R et Dominique A., jeunes malgaches. Le premier a pris contact et travaillé les colonels et sous-officiers (voir LISTE) de l'ancienne Garde Présidentielle (RESEP et REGAP) du Dictateur RATSIRAKA déchu en 2002, et le second certains membres de la Police Nationale où il a ses entrées

> des proches de RAJOELINA qui se sont occupés de recruter les milices oranges, de la logistique, de la communication :
. Nathalie R publiciste de la place, a  mis son savoir-faire au profit du Complot et de la Stratégie de Communication du Mouvement TGV
. DJ K… a recruter les milices
. Eric R. dirigeant de société d'engrais malgache
. la famille RAMAROSON : entre Alain, qui arme les mercenaires et le frère André qui travaille ses employés pour grossir le rang des manifestants du 13 mai qui désempli au lendemain du 26 janvier 2009: les cars de la Savonnerie Tropical dépose et ramasse les employés chaque jour

> des français établis à Madagascar, qui ont fait l'objet d'expulsion du gouvernement Malgaches pour atteinte à la Sûreté de l'Etat :
. Messieurs MOYON, père et fils, dirigeants de la société ASSIST Development. Le fils, Alain MOYON bénéficiait pourtant du soutien du fils (Heriniaina) d Premier Ministre Charles RABEMANANJARA de RAVALOMANA ( ? ?), dans ses multiples conflits judiciaires (Affaire FUNRECO, Concession des Iles Hara et des archipels des Mitsio…)
. Patrice NEVEU, gendre de Pascal RAKOTOMAVO, ancien premier ministre du Dictateur RATSIRAKA
. Patrick LELOUP ancien conseiller et proche de Alain RAMAROSON

> des opérateurs indopakistanais qui financent activement les putschistes par milliard d'Ariary
. Ilias A. dirigeant de sociétés
. Hassanein I. dirigeant de sociétés

> des traîtres au sein même du Gouvernement de RAVALOMANANA, sabotant toute initiative , et induisant le Président en erreur :
. le Premier  ministre  le Général Charles RABEMANJARA : ancien Directeur de Cabinet de Pascal RAKOTOMAVO (sous la Présidence du Dictateur RATSIRAKA),  et qui a favorisé l'inertie du gouvernement RAVALOMANANA
. Jacques SYLLA, ex-premier Ministre et Président de l'Assemblée Nationale du régime RAVALOMANA, sabordant depuis l'Intérieur toute initiative du Président, profitant de sa place stratégique de représentant du Président Marc RAVALOMANANA aux premières assises nationales du  Ihintsy à Ambohimananbola…

> Et bien d'autres personnes et personnalités politiques encore :
. Edagar R.. , Président et Dirigeant d'Entreprise malgache, ayant immigré à Maurice  juste avant les événements et qui finance activement les putschistes
. le Cardinal Odon RAZANAKOLONA, proche de 'l'AREMA (partie de l'ancien Dictateur RATSIRAKA) et dissident du MFM, qui saborde les assises nationales du Ihintsy à Ambohimananbola

Il est bien sûr inutile de citer tous les anciens membres du gouvernement du Dictateur déchu en 2002 et ses proches, tous exilés en France, et qui ont conçu et géré tout ceci depuis la France :
. Didier, Roland et Sophie RATSIRAKA
. Pierrot RAJAONARIVELO
. Herivelona RAMANANTSOA
. Tantely ANDRIANARIVO
.Totobe NAZARA
. Jean Emile TSARANAZY
. …

> des personnalités industrielles françaises, des responsables de la Région Ile de France, ainsi que des responsables du Ministère des Affaires Etrangères français y ont également pris part…

> > A Genève, Ndrema ROBEL est parmi les initiateurs du PUTSCH, derrière RAJOELINA. Il représente d'ailleurs actuellement, les intérêts de ce dernier.  ROBEL, Nadine RAMAROSON -Ministre actuel de la HAT et sœur du tristement cèlebre Alain RAMAROSON, Président du Comité de Défense de la HAT et Chef des Mercenaires- et d'autres complices ont essayé de vendredes émeraudes malgaches et autres pierres précieuses en SUISSE… Un certain « VICO » fait également partie de ce groupe de mafieux, basé à l'étranger


25/03/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres